Archive for septembre, 2008

24
sept

Petite devinette

J’ai donc une petite devinette à vous proposer aujourd’hui : Qu’est ce qui a rendu la ville de Milwaukee célèbre ? (Wisconsin, Etats-Unis)
Vous ne savez pas ? Allez un petit effort, je fais appel là à votre mémoire et à votre culture de la civilisation américaine (oui aux US, ce qui a plus de 30 ans fait partie de la civilisation) .
Bon, je vous aide, Milwaukee est la ville dont sont originaires Richie, Fonzie et toute sa bande. Bon on se fait le générique ?
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=5rqppEj4Dus[/youtube]
Génial, non ?
Bon il se trouve que ce n’est pas la réponse à la devinette. Non pas vraiment. Petit aparté quand même, pour moi la série Happy Days, c’est aussi le clin d’œil appuyé de Weezer dans leur clip Buddy Holly.
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=FiIC5qcXeNU[/youtube]
Tres bon aussi. Mais ce n’est pas non plus la réponse à la question. What Made Milwaukee Famous est en fait un groupe de Rock Indé américain qui sévit depuis 2005. Et qui n’est pas originaire du Wisconsin du tout, mais du Texas (Je vous ai dit que j’allais au Texas début novembre au fait ? Promis cette fois je ne ramène pas de guitare.) . Comme quoi il n’y a pas que ZZ Top et les armes à feu dans cet état qui fout un peu les jetons quand même.

Alors je sais, je suis pire que le NME. Tous les 15 jours, j’invente le meilleur groupe de tous les temps, je presse toutes mes connaissances de tout laisser tomber pour se procurer et écouter en urgence the band to listen to (c’est une expression que j’ai inventée. Inspirée de the place to be pour qualifier les endroits à la mode). Vous êtes en droit de vous dire à peu près ceci :
« C’est vrai Vince, tu es agaçant à la fin. Il ya eu Death Cab de Seattle et ses cousins Californien de Rilo Kiley, puis The Shins, puis les Canadiens de Stars et ses cousins de Metric. Tous étaient le meilleur groupe du monde. Et maintenant tu me racontes une histoire de groupe texan vaguement apparenté à Happy Days. Prend un peu de recul, je sais pas. Invente une Échelle type Richter comme les tremblements de terre, et tu reviens nous voir seulement pour les disques qui dépassent 7 ou 8 sur cette échelle. »
Une échelle de Richter. Il est marrant lui. Quand on est à fond, on est à fond. Et c’est vrai. Tous ceux là méritent bien le titre de meilleur groupe du monde. Mais bon ce groupe là, What Made Milwaukee Famous, c’est quand même MON Kiff de la rentrée. Si vous le voulez bien, faisons connaissance au cours d’un voyage un bus :
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=olowc4LAIbo[/youtube]
Pas mal, non ? Titre Sultan, extrait du dernier album.
Après une tournée US en 1ère partie de Franz Ferdinand alors que leur premier opus n’étais même pas signé en maison de disque, le groupe a su en 2 albums, Trying to Never Catch Up (2006) et What Doesn’t Kill Us (2008), s’ imposer (au moins dans ma discothèque, mais pas seulement je crois) comme une des valeurs sûres du Rock Américain. Côté musique, c’est finalement assez varié. On a parfois l’impression que le quintette reprend le Rock là où a l’a laissé Weezer après leur 1er album. A d’autres moments on est carrément du côté des Shins, Death Cab, et pourquoi pas Clap Your Hand. Bref les classiques de la scène indie Nord Américaine. Le premier extrait suivant lorgne un peu du côté de Muse, ou du côté d’un rock un peu plus progressif avec grosse rythmique.

On se quitte sur quelques extraits ?
Issu du 1er album :

Issu du 2ème album :

Issu du 2ème album :

PS : J’en profite que la section commentaire est ouverte à tout commentaire éclairé ou même obscur. Si vous ne souhaitez pas que celui-ci soit lu par tout le monde (par exemple vous voulez que je vous prête 2/3 disques, ou vous vous demandez pourquoi on ne chronique pas le nouveau Florent Pagny, ou vous vous demandez ce qu’est le NME sans que tout le monde le sache que ne vous savez pas. Ou Pire vous n’avez jamais vu Happy Days ?), la rubrique « nous contacter » est là pour ça. Vous pouvez même envoyer un mail à contact@half-right.fr. C’est pas la classe, ça ?

10
sept

Portico Quartet, de la rue au Mercury Prize en 3 ans

Ce matin, avant de partir au boulot, FIP Radio balance ses actualités, en les terminant par les résultats du Mercury Prize, qui récompense le meilleur album anglais de l’année passée. C’est généralement une bonne référence – à la différence, par exemple, de nos Victoires (le plus souvent).

Bref, FIP m’annonce que c’est Elbow qui remporte la donne, avec son 4e album, The Seldom Seen Kid, face à Radiohead, Robert Plant, Last Shadow Puppets ou encore Neon Neon. For bien, j’ai le premier album d’Elbow, Asleep in the Back, qui était boaaaaaarfmwè, je testerai avec plaisir ce 4e.

Histoire de voir si je pouvais choper du bon son, je suis allé ce midi voir la liste des nommés au Prize de cette année. J’y croise notamment les déjà-connus Adele, British Sear Power et Burial, et clique sur les autres, inconnus jusqu’alors : Laura Marling, Neon Neon, Portico Quartet…

Portico Quartet, « surement un truc de Jazz », me dis-je. Je lis la description.

« Formed in 2005, the four-piece group, all in their early 20s, were discovered after regularly busking outside the National Theater in London and signed to The Vortex label in 2007. » Tiens c’est marrant, c’est comme le p’tit groupe qu’on avait croisé un soir en retournant à l’Eurostar…

« Portico Quartet make unique use of the hang, a recently-invented Swiss percussion instrument which underpins the album’s double bass and saxophone-driven melodies. » NOM DE ZEUS, MAIS C’EST BIEN EUX ! Contrebasse, saxophone, et surtout HANG, quoi, le tout devant le National Theater de Londres, ça ne peut être qu’eux !

Par « eux », j’entends le groupe dont j’avais déjà parlé sur mon propre blog, chers lecteurs et néanmoins inconnus, dans un article intitulé « Hanging in London« . Ils ont fait du chemin depuis qu’on les a croisés, en cette journée de 2005, en route pour notre train de retour à Waterloo Station, et donc en passant devant le National Theater. Je découvre sur leur page Wikipédia que leur premier album, Knee Deep in the North Sea a par ailleurs été nommé « Meilleur album Jazz de 2007″ par le magazine anglais Time Out. Un article du Telegraph (avec une chouette vidéo) indique qu’ils bossent déjà sur leur 2e album, au studio Real World de Peter Gabriel… Ce même article nous apprends comment s’est formé le quartet : « We used to play along the South Bank. Me and Duncan [Bellamy, percussionist] were at one end; Jack [Wylie, soprano saxophone] and Milo [Fitzpatrick, double bass] busked further along. Duncan and I made £100 a day and they only made £5 a day, so they came and joined us. »

Partant de là, maintenant que j’ai le nom du groupe, je trouve plein de vidéos…

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=QkKNSNNiV5U[/youtube]

Un commentaire de cette vidéo, posté il y a une semaine : « je vous ai vus il y a 2 ans à Montmartre, bien entendu j’ai acheté votre CD sur place, concert excellentissime et des vibes bien comme il faut… » et plus loin « je vous ai vu a paris… je suis de tuolouse moi, j’ai votre cd, et je l’écoute toujours, je m’amuse a improviser dessu a la flute ». Voila qui va encore plus me faire regretter de ne pas avoir acheté leur CD pour 10 malheureux pounds il y a 3 ans, ça :)

En 2005, ils n’avaient pas encore tant de monde devant eux le soir, pas de cymbales… Franchement ça me fait plaisir de voir qu’ils sont arrivés à la juste conclusion d’une telle qualité musicale, et (je l’apprends) d’une telle persévérance, à jouer plus de 2 ans dans la rue pour présenter leur travail, et maintenant avoir un album acclamé et nommé aux prix musical le plus prestigieux du Royaume-Uni. Chapeau bas les gars.

Donc, je vous enjoint à retourner lire mon article de présentation du groupe (enfin, surtout de présentation du hang, leur instrument si particulier), à y écouter le MP3 tiré de ma vidéo inexploitable (car trop sombre), et même à acheter leur album, bordel : les p’tits jeunes, ‘faut les encourager dans la juste voix. Yay for Portico Quartet!

07
sept

We thought we lost you …

..Welcome Back.
C’est sur ces mots de bienvenue des excellents New Pornographers que je déclare ouvertre la Saison 2 d’Half-Right.

Le post de rentrée sera très court, mais peut-être utile à ceux qui connaissent pas les New Pornographers. Je suis avec attention ce groupe Canadien labellisé « indie-rock » originaire de Vancouver depuis quelques années. Bon Ok, peut-être pas depuis leur 1er album (Mass Romantic, paru en 2000), mais quand même, au moins depuis que… bah disons depuis que j’ai une liaison internet haut-débit. Aussi quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’appris que leur titre, que dis-je, leur bombe atomique The Laws Have Changed figurait sur la BO de la série américaine Weeds. Pour ceux qui ne connaissent pas non plus, voici le bruit que fait de cette bombe atomique :

Sur le dernier album des Canadiens, Challengers, sorti en 2007, figurent beaucoup de chansons de qualité. La perle se trouvant à la fin de l’album, avec le titre Adventures In Solitude. Ce titre que je livre ici en intégralité, plein de mélanges subtils, chanté à moitié par la chanteur, puis la chauteuse est un pur chef d’oeuvre. Je ne suis pas fan des chansons à violons, mais il faut reconnaître que quand elles sont réussies, c’est assez énorme. Comme souvent sur ce type de chansons, le meilleur est à la fin, donc écoutez jusqu’au bout…

Allez, sur ce, bonne rentrée !